La Route de Bucarest : Glasgow, le « cœur vibrant » de l’Écosse

Tout au long de la campagne européenne du Stade Rennais, Puchkin vous guidera à la découverte des adversaires des “Rouge et Noir”, des villes visitées, de leurs histoires et de la culture locale. Pour leur quatrième déplacement dans la compétition, les Rennais se déplacent au sud de l’Ecosse du coté de Glasgow, le coeur économique et industriel du pays.

Histoire

En raison de son emplacement idéal non loin de l’embouchure de la rivière Clyde, le site de Glasgow fut habité par des populations sédentaires dès l’époque préhistorique, se développant lentement au cours des siècles avant de s’établir comme une véritable ville au cours du moyen-âge.

Aux confins des territoires Pictes, Brittons et Gaëliques, Glasgow se cherche une identité, et la ville prend réellement son envol en 1175, lorsqu’elle profite de la réorganisation de l’église écossaise menée par le roi David 1er et John, Évêque de Glasgow, pour s’imposer comme le deuxième plus grand diocèse du pays. Cette position dominante était encore renforcée dans les années suivantes quand la ville, à la demande de l’évêque Jocelin, recevait officiellement le statut de {Burgh} de la part du Roi William 1er . Un statut qui permettait à la cité de s’agrandir, de bénéficier de bénévoles commerciaux et d’organiser une foire annuelle qui existe toujours à ce jour en tant que « Foire de Glasgow ».

Au cours des siècles, Glasgow continuait de se développer. L’Université de Glasgow, la quatrième plus ancienne du monde anglophone, était fondée en 1451 et en 1492, le diocèse de Glasgow devenait archevêché, continuant la montée en puissance de la cite écossaise sur un plan économique, éducationnel et religieux. En  1611, Glasgow recevait le statut honorifique de {Royal Burgh}

Au 18eme siècle, l’influence des Lumières Écossaises (Adam Smith, Lord Kelvin ou James Watt sont quelques-uns des savants et érudits passés par l’Université de Glasgow) et de la Révolution industrielle résultaient en une explosion de la population glaswégienne. Glasgow devenait un hub maritime et industriel, base du  commerce transatlantique vers les Caraïbes et les Amériques. La ville développait également une forte activité dans les secteurs de la construction navale et de l’ingénierie marine, et fut considérée pendant les époques Victorienne et Edwardienne comme la « Deuxième ville de l’Empire britannique ».

Quatrième plus grande ville d’Europe avec plus d’un million d’habitants au  début du 20ème siècle, Glasgow reste aujourd’hui la principale ville d’Écosse et la troisième ville la plus peuplée du Royaume-Uni, regroupant 41% de la population écossaise dans son agglomération. Glasgow est aussi l’un des principaux centres économiques du Royaume et l’une des villes les plus dynamiques d’Europe, siège social ou base européenne de nombreuses multinationales, et centre majeur des secteurs de la finance, de la recherche et du secteur informatique.

La Rivalité Celtic – Rangers

L’intense et permanente rivalité entre supporters du Celtic Glasgow et des Glasgow Rangers a ses racines bien au-delà du domaine du football, et est une représentation grand format des principales divisions existant tant à l’échelle de l’Écosse qu’à celle du Royaume-Uni dans son ensemble.

Les supporters des deux clubs s’opposent traditionnellement de par leur appartenance religieuse (Catholiques et Protestants), de par leur alignement sur la question de l’Irlande du Nord (Loyalistes et Républicains), ou même de par leur appartenance ethnique (historiquement, les Écossais de souche supportent les Rangers et les Irlandais d’Écosse sont la base du supportariat du Celtic) ou leurs couleurs : les supporters des deux camps n’agitent que rarement le drapeau écossais, ceux des Rangers préférant l’Union Jack (drapeau britannique) tandis que ceux  du Celtic privilégient le tricolore irlandais.

Ces tensions, souvent qualifiées de sectaires, résultent en oppositions parfois violentes entre supporters des deux camps, et s’étendent bien au-delà du domaine footballistique. Bien qu’il n’y ait aucune raison majeure de s’estimer menacé à Glasgow, il est donc recommandé aux supporters rennais faisant le déplacement d’éviter d’exprimer une préférence pour l’un des deux clubs à moins de connaitre à coup sûr l’allégeance de leur interlocuteur.

Attention également aux manifestations ouvertes de « Celticisme » qui pourraient être interprétées comme une provocation dans certains quartiers de la ville favorables aux Rangers.

Tennents, la bière comme trait d’Union

Presque tout oppose donc les deux clubs de Glasgow, tout sauf… la bière. Tennents est le leader du marché écossais de la bière, et le sponsor maillot des deux équipes de Glasgow. La « Wellpark Brewery », fondée en 1741 par Hugh et Robert Tennent sur les rives du Molendinar Burn, un affluent de la Clyde qui la rejoint au cœur de Glasgow, produit le plus célèbre de ses breuvages, la Tennent’s Lager, depuis 1885. La Wellpark Brewery est en partie ouverte au public et sa visite ravira les amateurs de bière.

Dans les pubs et bars de la ville, vous pourrez découvrir les différentes variations de la Tennent’s, de la traditionnelle Lager, plus légère à la Tennant’s Stout, une bière noire proche de la Guinness aux relents de café et de caramel, en passant par une variété d’ales plus ou moins fortes et amères. De quoi prolonger le match en une séance de dégustation quasi-gastronomique dans les pubs de Parkhead ou dans les bars et restaurants du centre-ville.

Manger, boire et sortir à Glasgow

Parmi les villes les plus dynamiques du Royaume-Uni, Glasgow propose une large variété de loisirs et visites à ses visiteurs. Les amateurs de shopping et de vie nocturne se retrouveront du côté de la « Style Mile », un réseau de rues du centre-ville articulé autour d’Argyll Street et Buchanan Street, connues pour leurs restaurants et leurs centres commerciaux, et de Sauchiehall Street, jalonnée de bars et de boites de nuits.

Dans le centre-ville, les gastronomes trouveront également de nombreux restaurants y compris une poignée d’établissement spécialisés dans la cuisine écossaise et proposant les spécialités du pays. La ville de Glasgow elle-même ne propose pas de spécialité culinaire qui lui soit propre, mais vous pourrez y découvrir les principales spécialistes écossaises, dont le célèbre haggis (ou panse de brebis farcie)

Enfin, plusieurs musées intéressants s’élèvent le long des rives de la Clyde et du Molendinar Burn, dont le nouveau  Riverside Museum dédié aux transports ou la Kelvingrove Art Gallery, qui expose quelques œuvres inestimables dont le « Christ » de Salvador Dali. Non loin de ces musées se trouve  l’Université de Glasgow, un monument spectaculaire datant de la création de l’université au milieu  du 15ème siècle.


Une réflexion au sujet de « La Route de Bucarest : Glasgow, le « cœur vibrant » de l’Écosse »

Les commentaires sont fermés.