La Route de Bucarest – Prologue

Tout au long de la campagne européenne du Stade Rennais, Puchkin vous guidera à la découverte des adversaires des « Rouge et Noir », des villes visitées, de leurs histoires et de la culture locale. A la veille du tirage au sort du troisiėme tour qualificatif de l’Europa League, veillée d’armes pour nos grands voyageurs bretons.

Bucarest, en roumain Bucureşti, capitale et centre névralgique de la Roumanie, fondée au moyen-âge par un fermier nommé Bucur. Surnommée la « ville de la joie » par de nombreux poètes et écrivains Roumains (le mot roumain « bucur » se traduit par joie), elle honorera son surnom pour l’une des 192 équipes engagées dans l’édition 2011/2012 de l’Europa League.

Certaines équipes ont déjà vu leur rêve de gloire européenne brisé avant d’avoir pris forme, d’autres ne regardent une participation à la «petite» Coupe Européenne que d’un œil distrait et peu concerné. Pour le Stade Rennais, l’histoire commence ce vendredi, sur les coups de midi dans une salle de conférence de l’UEFA, à Nyon (Suisse)

D’une boule mystère sortira le nom d’un premier adversaire ou peut-être d’une paire de rivaux potentiels qui se disputeront l’honneur d’une visite au Stade de la Route de Lorient. Le Sūduva Marijampolė (Lituanie), Hafnarfjörður (Islande), l’Irtych Pavlodar (Kazakhstan) ou le Vllaznia Shkodër (Albanie) sont autant de tirages possibles pour le Stade Rennais. Des petits clubs, des tirages que d’aucuns pourraient qualifier de facile à condition d’ignorer les charmes inhérents à une compétition de Coupe, et l’expérience encore récente d’une « promenade de santé » en Ukraine, contre le Tavriya Simferopol (Coupe de l’UEFA 2009, 2nd tour de qualifications, 1-0 ; 0-1 ; tab 10-9)

Au fil de la campagne européenne, qui pourrait s’achever douloureusement dans trois semaines, finir en apothéose dans dix mois, ou simplement nous offrir quelques mois de joie, de déceptions, d’espoirs et d’émotions fortes, je vous proposerais une nouvelle chronique autour des matchs du Stade Rennais sur la scène continentale, avec un regard dépassant le simple domaine sportif.

Au fil des confrontations, je m’intéresserais bien sûr à nos adversaires, à leurs tactiques et à leurs joueurs, entraineurs ou supporters. Mais je jetterais également un regard plus élargi aux clubs, régions et pays qui accueilleront les « Rouge et Noir », à leur histoire, à leur culture, à leurs traditions, ou encore au rôle du football dans la société locale.

Je vous souhaite à tous d’agréables lectures et découvertes au gré des voyages européens du Stade Rennais. Et comme vous tous, j’espère que celles-ci seront multiples et diverses, sur la longue et tortueuse route qui mène au tout nouveau Stadionul Naţional de Bucarest.

9 réflexions au sujet de « La Route de Bucarest – Prologue »

  1. Un projet ambitieux de ta part ! En espérant que la route soit longue, exotique et pleine de découvertes pour tes lecteurs.

  2. au mieux deux tirages d’equipes soient disantes exotiques mais que l’on ne connaît pas, au pire un club plus hupé, genre fulham, et une élimination directe à prévoir. Ces tours préliminaires ne sont jamais bons que ce soit pour jouer en lituanie, en Angleterre dans un club prestigieux ou au fin fond de l’Azerbaidjan, mais bon il faut bien les éliminer pour espérer quelque chose!!!!!!

  3. le breton du 76, on ne peut pas jouer contre fulham tss.

    Très bien Puchkin, j’espère en lire jusqu’à la fin de la saison !

    RDV en Roumanie.

  4. Bien vu pour l’Irtych Pavlodar, j’attends des informations sur leur schéma tactique avec impatience à moins que les géorgiens renversent la vapeur.
    Bon courage Puch, en espérant que les rennais te donnent du boulot !

  5. Ventilateurs Rustavi vous souhaite la bienvenue à la Géorgie! Rennes est une grande équipe et nous voulons tous vous regarder jouer un beau football.

  6. Merci Mamouka, j’espère que Rennes proposera un football agréable et laissera une belle image à nos hôtes.

Les commentaires sont fermés.