Lettre ouverte au Stade Rennais

Cher Stade Rennais,

Permets-moi d’abord de te tutoyer. Etant présent dans ma vie tous les jours depuis bien longtemps, j’ai l’impression de te connaître par cœur, et je te considère comme un véritable ami. Cela fait maintenant une bonne quinzaine d’années que je te supporte, dans tous les sens du terme d’ailleurs. Dans la victoire, ou surtout dans la défaite, je reste là, fidèle, passionné. Je ne me considère pas comme un supporter « vache à lait » : d’ailleurs tu tires très peu profit de mon supportariat. Mon éloignement géographique ne me permet que de très rares déplacements au stade, et je possède peu de tes produits dérivés (un maillot acheté en solde et une écharpe comme seuls signes matériels de mon attachement). Par conséquent, si tu ne fais aucun cas des lignes qui vont suivre, je ne t’en voudrais pas.

Je ne suis généralement pas un supporter très critique à ton égard. Je considère la défaite comme normale si tu te heurtes à plus fort que toi, et je ne m’en offusque pas. De même, je ne suis pas du genre à réclamer la tête de tes dirigeants à la moindre contre-performance. Bref, je suis plutôt du genre pragmatique : je sais qu’un club se construit sur du long terme, que ce n’est pas chose facile, et que les défaites comme les victoires peuvent être accidentelles, surtout quand elles se jouent à peu de choses.

En début de saison, j’étais plutôt enclin à l’optimisme : tu as réussi à garder la plupart de tes meilleurs éléments, et le profil des joueurs recrutés me semblait plutôt bon. Tes quelques belles victoires, et ce qui me semblait être un retour au beau jeu renforçait ce sentiment. Comme Frédéric Antonetti n’a cessé de répéter l’an dernier que son groupe se bonifierait avec le temps, comment ne pas être optimiste ?
Aujourd’hui, enfin plutôt cette semaine, cette illusion m’a quitté. Le scénario du reste de la saison est déjà écrit, je le connais par cœur. Débarrassée de cette foutue Ligue Europa, tu feras un honnête parcours en championnat. A la fin de l’hiver, tu te saborderas en Coupe de France face à une équipe de Ligue 2, National, CFA ou pire, mais tu n’en feras que peu de cas et tu affirmeras pouvoir ENFIN te concentrer sur la sacro-sainte Ligue 1. Complètement cuit physiquement après quarante matchs de compétition, tu mangeras en avril tes maigres espoirs de Ligue des champions, le tout pour terminer au mieux à une cinq ou sixième place que le hasard des coupes nationales rendra peut-être qualificative pour l’Europe. Si c’est le cas, tu te gargariseras de ta saison réussie, faisant peu de cas de ton absence de progression.
Je l’avoue, comme je te l’ai dis plus haut, j’ai cru en début de saison que tu étais peut-être débarrassé de tes éternels complexes. La belle victoire à Belgrade malgré l’ouverture du score adverse, ta domination (stérile, malgré tout) devant Udine puis Madrid me semblaient des signes évidents d’une progression dans l’état d’esprit. Au lieu de partir battu, tu faisais enfin tout pour essayer de gagner. Et puis en l’espace de quelques matchs, patatras : la même rengaine revient encore et toujours.

J’ai longtemps cru en Monsieur Antonetti. Tout n’est pas « à jeter » avec lui. J’aime sa franchise, et il faut lui reconnaître un certain talent pour déceler le potentiel chez les jeunes joueurs. Je serais presque prêt à lui excuser ses erreurs, même s’il met souvent un point d’honneur à s’en dédouaner. C’est lui aussi un passionné, on le sait, on le sent, mais certaines choses me laissent perplexe à son sujet ces dernières semaines.
La presse a souvent cherché à vous opposer depuis son arrivée : toi le club froid et pragmatique du nord de la France, lui l’entraîneur bouillant et passionné du sud ; toi le Breton, lui le Corse : deux identités régionales, une même fierté. Après un peu plus de deux ans d’observation, je vous trouve finalement plus de points communs que de dissemblances : comme toi, il se trouve toujours des excuses ; comme toi, il est totalement fâché avec les coupes et privilégie inlassablement un championnat que vous n’avez aucune chance de remporter l’un comme l’autre. Lassé de ta période yo-yo des années 1980, tu préfères assurer tranquillement ta place en L1 ? Fort bien. Moi aussi je suis heureux de te voir jouer le samedi ou le dimanche soir, plutôt que le vendredi sur Cfoot ou le lundi sur Eurosport comme nos voisins jaunes et verts.
Cependant, as-tu observé à quel point ce sont les coupes qui déclenchent le plus de passion parmi tes supporters ? N’as-tu point constaté l’effervescence formidable que tu as lamentablement gâché un soir de mai 2009 ? N’as-tu point fait remarquer que ton stade n’avait jamais autant vibré qu’il y a quelques semaines contre l’Atletico Madrid ?
Malheureusement, contrairement à un Guy Lacombe que je suis pourtant très loin d’idôlatrer (sa façon de brocarder ceux de ses joueurs qui ne lui faisaient pas de courbettes m’était insupportable), Monsieur Antonetti est loin d’être un homme de coupes, et son indifférence après la dernière élimination au Mans en était symptomatique. Il a beau s’égosiller dans son rectangle, force est de constater qu’il est loin d’apporter suffisamment de gnaque à ses joueurs, ce refus de la défaite qui était célébré du temps de « Moustache » et de sa série d’invincibilité. Pourtant, combien de supporters rennais accepteraient volontiers de troquer une cinquième place contre un ventre mou mais une victoire en coupe ? Beaucoup, je pense. Moi compris. Malgré cela, tout le monde chez toi semble attendre un déclic, un titre, mais personne ne semble rien faire pour quand l’occasion se présente de s’en approcher.

Ce manque de hargne, de goût de la victoire, je le retrouve aussi chez le fatalisme de Monsieur Dréossi. Là encore, je ne fais pas spécialement partie de ceux qui hurlent avec les loups après une campagne de recrutement ratée ou le départ de certains joueurs cadres. Ainsi va la vie d’un club, les joueurs vont et viennent, un effectif ne peut et ne doit pas rester immuable, ça a toujours été le cas. Les rumeurs disent que Monsieur Dréossi est un tout-puissant chez toi, enfin du moins un « tout-puissant adjoint » auprès de Monsieur Pinault. Du coup, il t’a un peu façonné à son image, froid, pragmatique, un peu cynique. Pas du genre à s’enflammer, sinon quand se profile la perspective d’une opération de naming à 5 M€ par an.
Les joueurs qu’il recrute lui ressemblent un peu aussi : ils sont solides, mais ils peinent à confirmer quand les échéances décisives arrivent, et n’amènent – à quelques exceptions près – aucune folie. Une gestion saine et raisonnable, pour un jeu qui reste désespérément monolithique, et des joueurs fatalistes, qui baissent les bras dès que quelque chose va de travers. Monsieur Dréossi, je vous remercie sincèrement pour la stabilité que vous avez apporté au Stade Rennais, sa santé financière et sa régularité en Ligue 1 année après année, mais je crois que vous avez fait votre temps et qu’il serait plus sage de décider de laisser la main pour qu’une politique nouvelle puisse être insufflée au sein du club.

Aujourd’hui, mon cher Stade Rennais, je pense malheureusement que les limites de ton fonctionnement actuel ont été atteintes. Si ma prédiction de début de lettre se matérialise avec une nouvelle saison de plus sans saveur, tu continueras à perdre peu à peu le soutien de supporters qui te sont pourtant restés fidèles toutes ces années. Ne vois-tu pas à quel point les tribunes de ton stade se vident, dimanche après dimanche ? N’est-ce pas un signal d’alarme que de voir des gens se détourner de toi, dégoûtés par ta formidable capacité à les décevoir ?
Plus que jamais, tu te dois de nous reconquérir, sans quoi nombre d’entre nous finirons par nous détourner de toi, comme des amoureux déçus. Pour cela, simple conseil : Change de mentalité ! Évolue ! Redeviens séduisant ! Fais quelque chose que nous n’avons pas senti depuis des lustres, et que nous attendons désespérément.

Bien à toi,

Un de tes nombreux amis.

28 réflexions au sujet de « Lettre ouverte au Stade Rennais »

  1. Pourtant, on a l’impression qu’il ne manque pas grand chose à cette équipe pour qu’elle passe enfin ce fameux cap.
    On dirait qu’une sinistrose s’est installée dans dans ce club et donne l’idée aux joueurs qu’ils ne sont pas capables de grandes choses.
    Il manque peut être un préparateur mental ?
    Au point où en on est, pourquoi ne pas essayer ?

  2. Nous somme très nombreux à penser la même chose. Quelle déception de voir le club stagner années après années.
    Et c’est vrai qu’il serait intéressant de se mettre enfin à jouer les coupes nationales. la coupe de la Ligue ne fait pas forcément rêver la planète foot, mais quelques petits tours et c’est la finale. je pense que le Stade de france reste pour tous notre meilleur souvenir.

  3. Je vois que la défaite face a Glasgow a laissé des traces même chez les supporter les moins virulent (dont je pense faire partie)…
    Moi ce qui m’énerve le plus c’est l’excuse de la jeunesse qui revient toujours. Mvilla est jeune et pourtant il n’a pas grand chose à apprendre comparé aux autre jouers de ligue 1 a son poste. A force de leur répéter qu’ils sont en apprentissage il font des erreurs de débutant.

  4. Des défaites répétées en coupes contre des équipes inférieures (4 défaites sur les 5 derniers matchs de coupes contre le Mans, Reims, Quevilly…etc
    A chaque fois avec des équipes sans avoir fait jouer tous les titulaires.
    Un discours étonnant d’un entraineur : « Les coupes, c’est pour les joueurs » ‘et pas pour le palmarès de l’entraineur ?
    L’incapacité à recruter ou garder un avant-centre de qualité depuis Frei : rappelez-vous la valse avec Bangoura, Estevan, le Tallec, Gyan, Verboek…

    Il est temps que M Dreossi et M Antonetti partent.

    Je n’aurais jamais crû penser cela à propos de deux professionnels que je respecte.

  5. Rennes n’a pas gagné depuis deux semaines (à Auxerre) et déjà on est prêt à jeter le bébé avec l’eau du bain. Rennes a rivalisé avec Udinese et l’Athletico de Madrid, mais rien ne trouve plus grâce aux yeux des supporters. Ce n’est pourtant pas la première fois que des équipes britanniques ramènent des clubs français à la raison. Je supporte Rennes depuis 59 ans et pour, nous, vieux supporteurs qui étions tellement heureux lorsque Rennes sauvait sa tête en première division et ce n’est pas si lointain, quelle ingratitude envers ceux qui ont amené Rennes à jouer tous les ans les premiers rôles
    en première division. Je soutiens l’entraîneur en cet instant délicat, et je suis sûr qu’après quelques victoires, tous les supporteurs rennais jureront qu’ils font parti des indéfectibles, qu’ Antonetti reste le meilleur entraîneur après Guardiola et Pitroipa le nouveau Garincha (oui je sais certains n’étaient pas nés).

  6. Pour répondre à Hervé, le SRFC a le 6e ou 7e budget de L1 et peut donc maintenant viser autre chose qu’un maintien ou gagner le championnat de L2 comme c’était le cas il y a 30 ou 40 ans.

    Dreossi a permis au club de se structurer mais il est évident qu’une nouvelle phase est arrivée.
    La formation a tout prix ne paie pas, le club semble prisonnier de ce classement qui donne des points pour les clubs qui font jouer les jeunes joueurs issus du centre en L1.

  7. Entièrement d’accord, ils peuvent viser autre chose et 7ème budget de L1, ils sont d’ailleurs sixième.
    Lorsque je parlais du bon temps où on les soutenait en barrage, c’était pour essayer de faire de l’humour. On espère tous mieux évidemment. Mais je reste persuadé qu’on doit supporter son équipe dans les mauvais moments.

  8. Cet article très bien écrit au demeurant, est plein d’exigences et d’ingratitude, comme la plupart des supporters « nouvelle génération ». Que devraient dire ceux des clubs de Nantes, Lens et Monaco ? Rennes ne sera jamais un grand club, pour des raisons évidentes comme la taille de la ville, la fréquentation du stade, sa taille, l’attractivité du club, sa politique salariale ou d’autres comme le fait que la famille Pinault ne dépensera de façon inconsidérée.
    Je tiens quand même dire à certains que dans tous les cas que je vibre pour une équipe qui joue les 5/6 premières places depuis une dizaine d’années, mais je vibrais aussi quand Rennes jouait les premiers rôles en D2 pour remonter ou pour se maintenir en D1 ! Il faut savoir regarder les choses en face, ou bien allez supporter le Barça, vous ne serez (presque) jamais déçus. Rennais de naissance je supporte ce club de puis sa dernière victoire en coupe de France en 1971, et j’attends aussi une Coupe. Mais il n’y a qu’une seule équipe qui la gagne chaque année et souvent quand le tirage et la chance s’y mettent aussi !
    Je n’interviens jamais sur les forums, mais là je réagis, comme Hervé, pour dire que je prends du plaisir à regarder le SRFC, surtout quand ils gagnent 🙂 , et c’est plus souvent le cas, qu’on se le dise !!

  9. Thierry et Hervé, vous vous méprenez sur le fond de ma « lettre ouverte ».

    Je suis tout à fait conscient que le Stade Rennais ne sera jamais le Barça ou même l’OM, pour toutes les raisons que vous énoncez. Mais je ne lui demande pas de devenir un club tel que celui-là, je lui demande d’arrêter d’offrir à ses supporters ce qu’il sait faire de mieux : leur faire miroiter de belles promesses pour finalement leur mettre un sévère coup de tatane derrière la tête. Notre club devrait se concentrer sur ce qui est accessible et pourrait lui redonner un peu de prestige. Même une simple Coupe de la Ligue pourrait redonner le sourire à bien des supporters, mais au lieu de ça, on la brade dans l’indifférence la plus totale, pour se concentrer sur une cinquième ou sixième place de L1 qui nous laisse au même niveau que les autres années. Idem pour la Ligue Europa : je suis bien conscient que les adversaires étaient d’un très bon niveau, mais on ressort avec toujours le même arrière-goût de gâchis.

    Mon texte n’est pas le fruit d’un coup de tête. Il aurait très bien pu être écrit après Romorantin, Quevilly ou Reims, mais je ne l’ai pas fait. Pourquoi l’ai-je fais maintenant alors ? Parce que j’avais toujours espoir que ce club changerait dans sa mentalité. Malheureusement, avec les mêmes personnes toujours en place, rien ne changera. Année après année, Rennes continuera de courir après une hypothétique qualification européenne, tout en flinguant en beauté ses parcours en coupe.
    Je suis très reconnaissant envers Monsieur Dréossi pour ce qu’il a fait au Stade Rennais. Et d’ailleurs je le dis dans ma lettre. Avoir réussi à stabiliser le club aussi haut, l’avoir rendu sain financièrement, chapeau ! rien à dire, bravo ! C’est du très bon travail et on peut lui en être reconnaissant.
    Le problème c’est dans sa mentalité, et il est le même pour Antonetti, voila. Rennes est une équipe solide, fiable dans la durée, qui ne risque pas de craindre la relégation. Mais Rennes est aussi une équipe monocorde, sans folie, qui ne fait rêver personne, et où il ne se passe rien, sinon des désillusions en permanence. C’est un peu comme un petit boulot peinard, sans danger, qui ne demande pas trop de réflexion, où l’on fait ses horaires 8h-17h, où l’on reste dans l’ombre et où l’on est assuré de gagner un salaire correct à la fin du mois. Vous ça ne vous lasse peut-être pas, mais moi si.

  10. Le gros problème c’est que dans l’optique de demander à Mrs Antonetti et Dréossi de partir c’est aussi perdre cette assurance de stabilité qui nous dit que des nouvelles têtes nous ferait pas repartir sur un cycle style Bergeroo où l’on pensait faire ronfler une grosse équipe avec des joueurs étrangers et où l’on se bagarrait pour le maintien, c’était y’a pas si longtemps, c’était en 2002 – 2003. Rappelez vous que depuis ce temps là, on est justement allé en finale de la coupe de France, on s’est qualifié pour la première fois directement en coupe d’Europe par le championnat, on a gagné 2 fois à la Beaujoire après plus de quarante ans de dizette…etc
    Bref, certains diront c’est peu mais fallait déjà le faire. Le club progresse doucement mais surement, et je crois que c’est de bon augure en cette période d’implosion du système capitaliste. Avec un optimum de possibilisme, la société d’aujourd’hui nous amène peut-être vers une fin de capitalisation exarcébée et de la fin des systèmes de dettes…Le football ne restera pas éternellement exclu des problèmes de moeurs économiques et finira j’espère par être logé à la même enseigne que les autres sphères de l’économie. Dans ce cas on sera bien content d’être qui on est, et d’avoir cette politique équilibrée.
    Ca peut paraître un rêve utopique et lointain mais l’Histoire faut la vivre un jour, pas seulement la lire ou la raconter.
    Cette mauvaise passe n’est qu’une mauvaise passe comme il en existe toutes les saisons. Un jour notre heure viendra, il ne faut pas désespérer trop vite même si des fois ça peut paraître long. Cette année tout ce travail nous a offert un déplacement au Celtic Parc et bientôt à Vicente Calderon, qui l’aurait cru cinq ans plutôt. Personnellement ça fait déjà une partie de mon bonheur.
    Allez Rennes

  11. Très bien écrit! Mais j’irai même plus loin. Depuis l’arrivée de Mr Antonetti le stade rennais regresse. De 2003 à 2006, avec Lazlo Boloni le stade rennais s’est classé deux fois 4ème et une fois 7ème. On a joué 2 fois l’Europa League ( coupe UEFA à l’époque) avec le technicien roumain. Mr Lacombe nous a amené au stade de France (bien que l’issue ne fut pas gloriseuse..). Avec Mr Antonetti, c’est une 9ème place et une 6ème place en Ligue 1 et des parcours désastreux en coupe. Et là je n’évoque que les résultats.
    Si l’on regarde la qualité de jeu proposé notamment à domicile, le contraste entre le stade rennais de Boloni et celui d’Antonetti est encore plus saisissant.. Loin l’époque où lorsqu’on accueillait une équipe de bas de tableau, on avait le droit à 3-0 ou 4-0 très régulièrement avec les centres de Monterrubio et les buts d’Alex Frei( pour ne citer qu’eux). Et les affluences étaient toutes autres. Une coincidence? Je ne pense pas. Je me détache peu à peu du Stade Rennais( certes parce que j’étudie en Finlande mais ce n’est pas la seule raison). Beaucoup de gens font comme moi. Je ne reconnais plus dans cette équipe.
    Equipe plus porté sur le physyque que la technique, aucune imagination, aucune folie, jeu stéréotypé, plus d’identité ( combien reste-t-il de bretons?). Et pourtant Antonetti dispose de pas mal de moyens financiers et du centre de formation le plus performant de France. Je n’aime pas citer de noms mais quand on dépense 21 millions d’euros pour acheter le quatuor Apam (acheté blessé) -Tettey-Boukari-Montano, je me pose des questions…
    J’essaie de rester optimiste mais j’ai du mal et je pense que ce n’est que le début de la désertification du stade. A moins d’un changement d’entraineur? Je l’espère de tout coeur!
    Allez Rennes

  12. Il résume tellement bien le stade rennais que l’on voit depuis 2-3 ans capable de beau coup d’éclat et des pires défaites. J’ai été à 2 matches au stade (lorient et saint étienne) 150€ pour 4places . Je n’étais plus allez au stade depuis près de 2ans et un pitieux match nul contre Le havre, j’y vais 2 fois en 15 jours accompagné par 1 personne contre lorient et saint étienne (150€ de place pour les 2 matches) et j’ai vu un stade rennais en manque de rythme tout du long des matches, certes quelques coups d’éclats mais rien de bien fringuant pour figurer en haut de tableau en fin de saison. Messieurs dirigeants et joueurs du stade rennais faites preuve d’amour à ce maillot. On nous promet mondes et merveilles en voulant recruter M. Erding pour 8 millions d’euros et on se retrouve au final avec M. Hadji bon joueur mais où est le sérial buteur que l’on attendait comme l’on pouvait le préssentir. Mais où sont passé les 5-6 millions restants que l’on pouvait utiliser pour recruter une bonne pointure !! désolé mais c’est un manque de conviction.

  13. Delolo tu te dis nostalgique de l’époque Boloni et tu relèves ensuite le manque de joueurs bretons, mais à l’époque Boloni il n’y en avait pas plus… Didot, Gourcuff, Le Lan quand il jouait et c’est tout. Aujourd’hui il y en a autant qui sont titulaires (Danzé, Théophile-Catherine, Féret) et suffit de regarder les effectifs de Lorient et Brest pour voir qu’on est trèèèèèèèès loin d’être mal lotis en la matière (Brest n’a aucun titulaire breton, et Lorient juste Le Lan quand il joue).
    L’identification pour moi c’est surtout une question d’état d’esprit des joueurs (ex un battant comme Jeunechamp, ou un Arribagé pour son côté exemplaire, pourtant ces deux joueurs sont du Sud), ou de qualités qui font rêver leurs supporters (Pokou, Frei, Utaka, Kallstrom…). Ces joueurs là tu en es fier et tu t’identifies à eux. Et ce n’est pas une question de lieu de naissance.

  14. Michel je me suis peut être mal exprimé en parlant de joueurs bretons. Je veux simplement dire que les gens se reconnaissent moins dans l’équipe actuellement que dans celle à l’époque de Boloni. Le spectacle y était largement supérieur, et les joueurs avaient des qualités différentes( Kallstrom, Monterrubio, Frei etc) de ceux d’aujourd’hui.
    Mais ce qui m’a le plus choqué est que le club décide de laisser de coté Lemoine alors qu’il avait un comportement exemplaire. Il adorait le stade, il s’est battu pour revenir après sa grave blessure et on décide de le laisser de coté. Les joueurs qui lui ont été préférés sont-ils meilleurs aujourd’hui? Certainement pas. Un club a besoin d’une âme et le stade rennais d’aujourd’hui en manque cruellement!!

  15. pourquoi l auteur de la « lettre ouverte au stade Rennais »ne la signe t il pas ???Rennes ne tire pas dans la même catégorie que le PSG ,LYON ou l’ OM et malgré des moyens moindre il reste au contact et cela grâce à Frédérique Antonetti,on sait que le stade Rennais ne pourra pas gagner tout les matches et je préfère,voir l équipe dans le haut du tableau plutôt que de la voir gagner une coupe et descendre en ligue 2.
    à Rennes on ne sait pas reconnaître la qualité de nos entraîneurs . si je me rappelle bien on a eu un certain C Gourcuff excellent à mes yeux et on l ‘a viré,aujourd hui c est le tour de Frédérique Antonetti le meilleur qu on ait eu depuis le départ de C.Gourcuff .alors a tout les supporters impatients profitez bien des moments présents car en cas de clash définitif vous pourriez amèrement le regretter.

  16. Pratiquement que des propos sur l’entraîneur, le directeur sportif : désolé, mais les joueurs ne se f….pas un peu, même beaucoup, de la g….du monde.
    Il y a 20 ans ont les aurait qualifiés (pour certains) de fainéants sur la base de leur prestation au Mans et en Ecosse ; aujourd’hui, on dira qu’ils sont timorés, suffisants, lymphatiques etc.

  17. Je ne pense pas que Boloni soit la référence en tant qu’entraîneur à Rennes. Statistiquement, il a, à peu près,les mêmes résultats qu’Antonetti. Mais Antonetti n’ a pas fini son mandat. Boloni c’était monsieur 0-1 à l’extérieur. Antonetti prône un meilleur football. Les meilleures statistiques, c’est Lacombe pour l’instant en % de victoires. Ceci dit je suis d’accord avec BLIN, Pinault a apporté son argent et a hissé Rennes à un autre niveau mais a fait une erreur en licenciant Gourcuff. Lorsqu’on voit ce qu’il réalise avec Lorient, un style de jeu virevoltant avec un effectif moyen, il aurait pu apporter à Rennes une identité sur la durée.
    Il faut rendre hommage , aussi à Le Millinaire qui a fait monter Rennes en 1ère division, l’a maintenu et l’ a fait participé à la coupe intertoto. Malheureusement ce très bon entraîneur a été stoppé par la limite d’âge.
    Les supporters ne sont pas contents, que doivent penser ceux de Nancy, Valenciennes ou Auxerre voire Bordeaux.
    On ne peut pas accuser les joueurs de fainéants à Glasgow, maladroits, naïfs peut-être.

  18. Quand je lis les commentaires de certaines personnes, j’ai envie de me mettre une balle dans la tête.

    La loose, c’est le Stade Rennais qui vous l’a transmis ?

  19. On peut vouloir être un winner, le problème est que le supporteur est dans les tribunes, l’entraîneur sur le banc et les joueurs sur le terrain. Je suis un winner , je veux que le stade Rennais gagne tous ses matchs, le problème est que je suis spectateur et que le seul droit qu’on m’accorde est de refaire le match. Supporteur, looser ou winner, tu n’es pas sur le terrain et tu peux dire blanc ou noir çà ne changera rien
    Ce serait ballot de se tirer une balle dans la tête à cause du stade rennais…

  20. Match nul contre Nancy et Valenciennes à domicile, équipes de bas de tableau…
    Incapacité à marquer plus d’un but …
    Les matchs à Sochaux et à Dijon donnent une image fausse de l’attaque rennaise…

    Cela suffit !
    Un avant centre est nécessaire.
    La réputation de Rennes ne permet pas de faire venir un bon joueur. Il faut que le club accepte de mettre le prix pour une fois (refus de Suarez, de Bamba cet été ….)

  21. Match nul contre Udinese.

    Une gestion à nouveau incompréhensible des effectifs avec trois joueurs revenant de blessure pour un match capital…
    Une équipe sans aucun automatisme en raison des changements opérés en conséquence.
    Il est temps que M Antonetti reconnaisse que sa gestion de l’équipe en coupe d’europe est déficiente.
    L’argument de M Antonetti selon lequel le public rennais ne soutient pas assez son équipe ne tient pas. Ce regard critique vient des frustrations accumulées depuis des années suite aux éliminations en coupe de France et de la Ligue par des équipes inférieures depuis 3 ou 4 ans ainsi que l’incapacité à gagner en phase de poules un seul match.
    Il est temps de passer à autre chose, de donner de l’ambition à ce club plutôt que de penser avant tout à un équilibre sans vagues … et sans palmarès.

  22. Je trouve un peu facile de toujours vouloir « tirer » sur l’entraîneur ! M. Antonetti est un entraîneur que personne n’a oublié dans les équipes qui ont eu la chance de l’avoir.
    Il y avait vraiment un témoignage de reconnaissance hier soir après le match à Nice lorsque son entraineur a appelé son ex-entraîneur pour le congratuler : émouvant !
    Je pense que les joueurs sont pour beaucoup dans les résultats mais ce ne sont pas heureusement des robots et certains jours, rien ne va et c’est pour cela qu’il y a un premier et un dernier. Ceux qui comme moi supportent le Stade Rennais depuis longtemps ( depuis 1955 pour moi), doivent tout de même être heureux des résultats avec M. Antonetti. Bien sur s’il pouvait trouver un véritable avant centre qui marque des buts, ce serait intéressant.
    Vive le Stade Rennais et un peu de sérénité svp.

  23. En même temps il faudra un jour expliquer aux supporters à quoi sert de se défoncer pour terminer 4-5 ème du championnat afin d’être Européen pour, au final ne pas jouer la coupe d’Europe. De même j’aimerais comprendre à quoi celà sert de mettre une équipe B contre l’Udinèse à domicile pour quelques jours plus tard faire un match catastrophique avec une équipe « A » à Nice.
    En ce moment Marseille qui n’a pas plus de banc que nous, est capable de faire une superbe remontée en ligue 1 tout en faisant une remarquable parcours en Ligue des champions….le tout avec sensiblement la même équipe alors les excuses à 2 balles concernant la fraîcheur physique…il faut les arrêter Rennes et Antonetti souffrent d’un mal
    plus profond qui s’appelle: LE MANQUE D’AMBITION.

  24. Match à venir contre l’Atletico Madrid…
    Cela devient ridicule. L’équipe rennaise probable alignera presque uniquement des joueurs non titulaires….
    Le club devient la risée du championnat en ne gagnant aucun match de poules jusqu’à présent et surtout en ne jouant pas à fond les matchs après s’être qualifié.
    Antonetti se plaint que le club n’est pas assez attractif pour attirer des joueurs de renom.
    L’image donnée à l’Europe par les choix constants ne contribue pas à faire grandir le club.
    Faire grandir le club (formule d’Antonetti) c’est à la fois en interne mais aussi par rapport au regard des autres (clubs, agents de joueurs, joueurs à l’étranger).
    Il est temps que les dirigeants changent pour qu’une nouvelle étape soit franchie.

  25. Score final à Madrid : 3 – 1

    des Madrilènes au petit trot en attaque face à une équipe de Rennes avec du talent mais aucune expérience (Foulquier, Diallo, Jebbour, Brahimi, Mavinga….)

    Merci encore M Antonetti d’avoir couvert sur les derniers match le stade rennais de ridicule en faisant jouer les non titulaires…
    Féret est rentré ce soir à la 87 e minute…..

  26. Cessons de critiquer Antonetti, c’est le meilleur entraineur que nous ayons eu depuis le passage éclair de Christian Gourcuff. La voila la grosse erreur du stade rennais, ne pas avoir gardé le meilleur entraineur français. En fait il y a un fait indéniable, il n’y a jamais eu au stade rennais de décideur à la hauteur et il faut en prendre notre parti nous resterons un club moyen comme il y en a tant dans notre championnat.
    Bon courage à tous et bonnes fêtes.

  27. Tout à fait d’accord avec le message précédent.
    Pour passer à l’étape suivante, il faut changer de façon de penser et sans doute de dirigeants.
    Pierre Dreossi a permis de consolider le club mais ne le fait pas grandir.
    Antonetti manque de culture et d’expérience européenne.
    Il faut passer de l’optique « club formateur » vendant les joueurs à club jouant à fonds toutes les compétitions (sans mettre encore comme cette année des équipes B par exemple au Mans en coupe de la Ligue..)

Les commentaires sont fermés.