Stade Rennais Football Club : mon histoire d’amour

Cette semaine, les médias nationaux nous font croire que seuls l’AS Saint-Etienne et l’Olympique de Marseille sont capables de créer des supporters de génération en génération. L’histoire que je vais vous raconter est autobiographique et va démontrer que la transmission intergénérationnelle existe également pour notre club comme pour l’ensemble des clubs professionnels ou amateurs du monde entier.

Le tournant de mon histoire se situe en 1988, lorsque les services sociaux permettent à ma mère de récupérer mon frère et moi suite à un placement en famille d’accueil décidé lors du divorce de ma mère deux ans plus tôt. Ces deux années d’éloignement auront été compliquées pour nous car notre placement ne se passera pas bien. Heureusement, ma mère a pendant ce temps là rencontré la personne la plus importante de notre vie. Cet homme, pourtant de vingt ans plus âgé qu’elle, va nous permettre de construire un foyer stable et heureux. Diminué par un accident de voiture dont il fût le seul survivant, il ne se rend que rarement à la Route de Lorient mais sa passion pour notre club ne s’est jamais éteinte. C’est à travers ses récits que j’ai découvert le Stade rennais.

A partir de 1989, je suis attentivement toutes les rencontres du club à la radio, tantôt sur Fréquence Ile, tantôt sur Europe 1. Ma première route de Lorient aura lieu dès 1990 pour une rencontre de deuxième division. C’est évidemment avec mon père (il s’agit en réalité de mon beau-père mais je le considère comme mon père) que j’ai vécu cette première. Le match se termina sur un score de 0-0 mais moi, j’étais très heureux d’être venu. Deux ou trois ans plus tard, mon frère nous accompagna pour son premier match lors d’une rencontre de première division contre Nancy (il me semble) pour une victoire 1 but à 0 des Bretons. Jusqu’en 1995, nos apparitions Route de Lorient furent sporadiques.

En mai 1995, pour la première fois, nous allons au stade sans notre père et avec des amis de notre quartier. Le Stade rennais étrille Martigues et le stade vibre pour son équipe. Les « Merci les rouges »  de l’après match restent toujours dans ma mémoire. A partir de ce match, je me rends de plus en plus souvent dans notre stade en pesage d’abord, en populaire ensuite.

1997 : Allez Rennes installe une section animation en tribune Populaire. Les « Diables Rouges » animeront donc cette tribune pour ses deux dernières saisons d’existence. Pour mon frère et  moi, c’est le début de l’appartenance à des groupes de supporters. L’ambiance en tribune populaire est souvent excellente et les deux kops se répondent souvent.

Pour moi, ce sont les deux meilleures saisons niveau ambiance avec beaucoup de monde debout dans le stade pour chanter. Cette saison marquera aussi mes premiers  déplacements avec quatre déplacements (à Laval, au Mans, à La Roche-sur-Yon puis à Nantes).

Ceux-ci marqueront le début d’une longue série puisque j’en suis à environ 110 et mon frère a la moitié. Nos années supporters se poursuivent encore puisque nous sommes à nouveau membres d’ « Allez Rennes » après 3 années au « RCK » puis aux « Breizh Stourmer ». Ces 8 années dans deux groupes bien différents d’ « Allez Rennes » m’auront apporté beaucoup d’amis qui le resteront toujours et qui supportent toujours le Stade rennais actuellement.

Bien que depuis 2007, je sois dirigeant de la Tour d’Auvergne de Rennes (section football), et que depuis 2007 j’ai adhéré au Parti Socialiste (là aussi héritage de mon père même s’il ne fût jamais militant), ma passion pour notre SRFC ne s’éteindra jamais.

En 2009, comme bon nombre d’entre vous, je n’ai pu retenir mes larmes au coup de sifflet final.

Abonné sans discontinuer depuis 1998, je serai toujours présent pour supporter mon club (même assis en tribune).

A nouveau présent au Stade de France, avec mon frère et des amis, je souhaite de tout cœur que le peuple « Rouge et Noir » pousse son équipe au succès.

Allez le Stade rennais Football Club !

Par Stan

Dédié à Georges Guillemois (1935 – 2010), notre cher papa.

5 réflexions au sujet de « Stade Rennais Football Club : mon histoire d’amour »

  1. très beau témoignage
    Merci Stan,
    et merci à Georges de vous avoir transmis le flambeau rouge et noir.
    Allez Rennes : pour samedi j’y crois !!!

  2. Oui beaucoup d’émotion pour moi aussi cela me rappelle mes jeunes (et belles) années avec mon papa et mon frère derriere les buts gardés par Loulou Pinat

  3. Merci Stan, je me retrouve dans ce que tu dis mon père était dans les tribunes en 65 et 71 et dès mes 10 ans je l’ai accompagné Route de Lorient. C’est bien lui qui m’a mis le Stade Rennais dans les tripes. J’étais au SDF en 2009 et encore demain soir mes pensées seront pour lui, même si je n’ai pas pû obtenir de billet ce coup-ci.

  4. Ah Loulou Pinat, Billon. Poulain. Le Boedec, Imbernon, Gaulon, Le Dren, Imbernon, Hernas, Cairo, Legangnoux, Meano ou encore Ponceau, Simon, Cueff, Valorysek, Dombeck, Grumellon, Mahi, Ziemczack, Theo, Faivre,, Rouille, Ferry, Boutet, Bourras,
    ,Cuissard… Les années 55-60

  5. Tout simplement bravo, c’est un joli et émouvant témoignage.
    Je n’ai pas recu d’héritage, mais je laisse le mien à 4 de mes 5 enfants et maintenant petits enfants.
    Bravo encore à toi super

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *