Les yeux dans les Rouge et Noir, épisode 3

Ça ne ce serait pas passé comme ça avec le sanguin qu’on avait il y a 3 ans. Dire qu’il était soupe au lait serait un euphémisme. Il fallait le voir sur bord du terrain en train de s’égosiller. Il éructait en corse, sa langue natale, contre les joueurs, contre l’arbitre et même contre notre public. A sa décharge, il faut avouer que certains commencent à siffler après la deuxième passe en retrait. Il envoyait tellement de décibels sur le banc que son adjoint a quasiment perdu l’usage de son oreille gauche. A lui seul il faisait plus de bruit que les I Muvrini et Patrick Fiori réunis. Et sans la main sur les oreilles.

Quand on rentrait dans les vestiaires après une mauvaise première mi-temps, ce qui un pléonasme chez nous, il commençait à causer doucement, du style : « Bon alors là les gars ça va pas ! ». Et puis il montait progressivement dans les aigus et là tout le monde se garait. On aurait dit Joe Pesci dans « Les Affranchis ». Les 3 années passées au club ont tellement été éprouvantes qu’il a pris 2 ans de repos sur son île. Le seul qui le rendait muet c’est Baup, l’entraîneur de Nantes et de l’OM. Lui il pouvait pas l’encadrer depuis qu’il lui avait piqué son job à Saint-Etienne. Alors quand il le croisait le long de la touche il l’évitait ostensiblement. Maintenant il est au LOSC. Et ben je crois que lui aussi il connait le syndrome Galabru.

Celui qui l’a remplacé au club était plus calme. Il l’était même un peu trop. Limite mollasson. D’ailleurs cela se ressentait dans nos matchs. On avait un style un peu soporifique. A coté de nous, le boring Arsenal pré Wenger était réjouissant. T’aurais enchaîné un film de Marguerite Duras, un des frères Dardenne et l’intégrale de Derrick, tu te serais moins ennuyé que lors d’une de nos sorties en championnat. Et encore je ne parle pas de la coupe. Ça l’aurait pas dérangé de jouer avec 9 milieux défensifs et Gelson en avant-centre. D’ailleurs, d’après les statistiques, à Canal+ ils ont observé un nombre croissant de désabonnement les lendemains de diffusion d’un de nos match. Heureusement on a un président qui veille au grain. A SUIVRE…

Par Etienne Lido

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *